Find PO&SIE on FacebookPO&SIE RSS feed

Socialisme et écologie par Michel Deguy

Septembre, 2010

 

Pour Jacques Julliard

 

Repartons du bon pied, gauche donc, c’est d’accord, et vivement car il se fait tard. Mais il ne faut pas buter au premier contact avec le sol parce qu’on somnole encore un peu. Donc Jacques Julliard nous presse, d’un libelle collectif qu’il ouvre chez Flammarion/Libération le 27 avril 2010.

Son trébuchement, je le lis page 36 ; c’est la 12ème proposition du programme : « L’écologie n’est pas une politique ». Signe d’entêtement à gauche, et même de rechute ; car Lionel Jospin, à la page 318 de son « Le monde comme je le vois » (Gallimard, 2005) avait écrit : « La seule pensée originale soulevant des questions neuves fut l’écologie » ; qu’il amendait aussitôt ainsi : « L’accord n’est pas toujours aisé […] la croissance zéro interdirait de satisfaire / et le Nord et le Sud […] Le socialisme et l’écologie ne peuvent plus se séparer ». Certes, mais ils ne savent pas se réunir.

Voir le monde sans la vision écologique – car c’en est une –, c’est ne pas voir au loin le très proche. Les myopies sont diverses. Je mentionne celle de Luc Ferry (interlocuteur médiatique régulier de Julliard). Cherchant à discréditer l’écologie pour empêcher ses vues de porter, qui « rappelait » que les premiers écolos avaient été les nazis, et leur premier promoteur le neveu (ou l’oncle, je ne sais plus) de Göring.

Il y a celle de Michel Serres, plus sympathique et répandue. Pourquoi le citer ? Serres est notre Alain. Sage et savant, ami de la terre et du monde, il est le bel exemple du vieux philosophe serein dans la tempête (qu’il affectionne en tant qu’« ancien marin »). Grand leibnizien, il hérite du Maître de la Raison suffisante le profond optimisme.

L’écologie est une vision, répété-je ; il ne l’a pas. Le mal est fait ; un pire est sûr, sans précédent. Il ne le sent pas. Il conclut dans sa préface à J.-M. Drouin [01] : « Revient l’ancien paysage, le pagus des latins […] Le lieu se vêt à nouveau du manteau d’Arlequin paysan-écologiste… »

Les Géorgiques et les Bucoliques sont encore sur notre chevet de vieux lettrés ? Peut-être. Mais ce que réclame l’imminente « fin dans le monde » [02] c’est des Ecologiques !

Je n’entreprends pas ici de « réfuter » la thèse de Julliard. Mais partout ailleurs. J’observe que dans le pamphlet même du « pied gauche », l’erreur (si je puis me permettre) est aussitôt dénoncée par deux autres contributeurs. C’est Jean-Peyrelevade, page 68 : « La prise en compte de la contrainte écologique va nous conduire à bouleverser notre modèle de croissance, au changement de tous nos processus de production, à de nouveaux modes d’habitat, de transport, de consommation ». Dont acte, à ceci près : c’est plus qu’une contrainte, et ce qui nous attend est une mutation, plus imprévisible et globale qu’un « bouleversement ».

Puis Jean-François Kahn (p. 105) : « …[son] erreur de diagnostic conduit Jacques Julliard à méconnaître gravement la place centrale de l’écologie dans la nécessaire réinvention de la gauche ». J’ajoute : beaucoup plus centrale encore et pour tout le monde.

Il nous reste à souhaiter que les têtes de l’écologie politique soient encore plus pensantes et ne se dévorent entre elles ni ne se neutralisent.

 

[01] L’écologie et son histoire, Flammarion, 1993

[02] C’est le titre du livre que je publiai chez Hermann (2009).

Share/Save